Causses Cévennes, patrimoine mondial de l’UNESCO

Causses Cévennes, patrimoine mondial de l’UNESCO

Les Causses et les Cévennes, paysage culturel de l’agro-pastoralisme méditerranéen ont été inscrits sur la liste du patrimoine mondial au titre des paysages culturels évolutifs vivants, entendus comme des « ouvrages combinés de la nature et de l’homme ».

Trop pauvre pour accueillir des villes, trop riche pour être abandonné, le paysage des Causses et des Cévennes est le résultat de la modification de l’environnement naturel par des systèmes agro-pastoraux pratiqués durant un millénaire et dont les fondements sont encore en place aujourd’hui.

Les Causses et les Cévennes présentent pratiquement chacun des types d’organisation pastorale rencontrés sur le pourtour de la Méditerranée (agro-pastoralisme, sylvo-pastoralisme, transhumance et pastoralisme sédentaire). La zone a une vitalité remarquable résultant du vif renouveau des systèmes agro-pastoraux. Cette zone est un exemple majeur et viable de l’agro-pastoralisme méditerranéen.

Les Causses et les Cévennes conservent de nombreux témoignages de l’évolution de leurs sociétés pastorales sur plusieurs siècles. Leur important patrimoine bâti, leurs caractéristiques paysagères et associations immatérielles, qui reflètent le pastoralisme traditionnel, sont préservés grâce au renouveau contemporain de l’agro-pastoralisme.

Les Causses et les Cévennes présentent un exemple exceptionnel d’un type d’agro-pastoralisme méditerranéen. Cette tradition culturelle, basée sur des structures sociales et des races ovines locales caractéristiques, se reflète dans la structure du paysage, en particulier dans les modèles de fermes, d’établissements, de champs, de gestion de l’eau, de drailles et terrains communaux de vaine pâture et dans ce qu’elle révèle sur le mode d’évolution de ces éléments, en particulier depuis le XIIème siècle. La tradition agro-pastorale est toujours vivante et a été revitalisée ces dernières décennies.

Par ailleurs, les chemins de transhumance, ou drailles, encore utilisés par les troupeaux sur les monts Lozère et Aigoual, présentent dans l’ensemble un bon état de conservation. L’usage de ces drailles est aujourd’hui partagé avec les randonneurs puisqu’elles constituent un réseau de chemins de grande randonnée (GR).

Sur le territoire du Piémont Cévenol, trois communes sont incluses dans le périmètre de protection (la « zone tampon ») du Parc : Colognac, Cros, Monoblet.

Partager sur email
Partager sur facebook
Partager sur twitter
Partager sur linkedin
Partager sur whatsapp

Office de tourisme Intercommunal du Piémont Cévenol

26, rue des Boisseliers
30610 Sauve
Tél. 04 66 77 57 51

tourisme@piemont-cevenol.fr

En voiture, en car, en train, par avion ou en taxi, tous les moyens de venir sur le territoire du Piémont Cévenol.